Notice: wpdb::prepare est appelée de la mauvaise manière. La requête ne contient pas un nombre correct de substitutifs/placeholders (2) pour le nombre d’arguments proposés (3). Veuillez lire Débugger dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 4.8.3.) in /home/sicily/public_html/wp-includes/functions.php on line 4140 Culture | Sicily that's amore
modica_header3
Modica
Modica est divisée en deux parties, « la ville haute » et la « ville basse », toutes deux connectées par des ruelles aux innombrables marches d’escalier.

Palais et maisons s’élèvent du fond de la gorge, paraissant empilés les uns sur les autres. Il y a une beauté irréelle dans ce paysage des toits aux tuiles rouges mêlées aux 100 églises magnifiques, chapeautées de dômes majestueux, de clochers et aux façades artistiquement travaillées.

Le Conté de Modica a été créé en 1296, lorsque le titre de conte a été remis à Manfredi Chiaramonte. Du Moyen-Age à nos jours, Modica a vécu de profonds changements dans sa structure économique, sociale et urbaine. Ce qui lui a valu de prendre différents rôles et fonctions, selon les différents contextes historiques.

Lire la suite
IMG_5709
Scicli
Scicli se niche au fond d’une gorge, surplombé par l’imposante masse rocheuse de l’église de San Matteo, à quelques kilomètres des plages sablonneuses de Sampieri et Donnalucata.

Conquise par les arabes en 864, elle devient une cité royale sous les Normands. Entièrement reconstruite dans un pur style sicilien baroque après le tremblement de terre de 1693, elle offre aujourd’hui un nombre impressionant de palais du XVII siècle qui ont fait de Scicli un chef d’oeure de la créativité humaine de l’époque baroque tardif.

Depuis 2002, la ville est placée sous le haut patronage de Unesco.

La ville est également connue pour ses parades religieuses qui incluent le  « Presepe » (scène de la nativité) joué dans les grottes qui entourent la ville. Ces caves, connues sous le nom de cave de Chiarafura, ont été creusées dans des falaises de tuf, et certaines étaient encore habitées par des sans-logis en 1958!

Lire la suite
Ibla_header2
Ibla (Ragusa)
En roulant le long des anciennes routes qui se faufilent entre les Monts Hybléens, au détour d’une large courbe, vous serez éblouis par la vue splendide sur la cité perchée en haut d’une colline.

Un labyrinthe de ruelles faites de calcaire chatoyant abrite les nombreux palais et églises baroques nichés sur la colline. Ibla a 14 monuments sous le patronage de l’Unesco sur une surface de moins d’un kilomètre carré!

Au centre de cette ville très compacte se trouve la délicieuse Piazza Duomo, place en pente, et agrémentée de palmiers. A son fait est la Cathédrale de St George. Sa lumineuse façade courbe, ornée de colonnes, est l’une des plus attractives de la région. Pour avoir une vue superbe, grimpez les marches en direction de la ville haute de Ragusa, et de la terrasse de l’église de Santa Lucia, retournez vous et admirez les toits de tuiles, les clochers, les domes et les façades de Ibla au coucher du soleil.

Lire la suite
Ortigia_header
Ortigia (Siracusa)
Dans le coeur de l’ancienne Syracuse, récemment restaurée, Ortigia est une île-pont qui la réunit à la ville moderne.

Déambulez dans les ruelles étroites, souvent aux sombres pavés, et laissez vous surprendre par les merveilles que vous découvrirez à chaque détour. En contraste profond avec l’architecture relativement homogène de la province de Ragusa, vous trouverez ici tous les styles : du magnifique Temple Grec d’Apollon aux cours intérieures, églises et palais Byzantins, médiévaux, normands, baroques et néoclassiques. D’un côté se trouve le grand port protégé qui fit de Syracuse l’un des centres du commerce mondial. Aujourd’hui Ortigia est un lieu de vie animé, avec des bars à vins de qualité et de nombreux excellents restaurants.

Lire la suite
IMG_7147
Noto
Après le terrible tremblement de terre de 1693, Noto fut entièrement reconstruit sur un site éloigné de 10 km de son emplacement originel. Pourquoi?

Noto fut non seulement détruite par le tremblement de terre, mais également emportée par le tsunami qui le surlendemain s’engouffra dans la vallée où elle était construite.

Trois architectes, LabisiSinatra et Gagliardi, se sont mis au travail, avec l’intention d’édifier une ville construite sur la base des idéaux baroques. Le principe était de créer un centre urbain linéaire et parfaitement proportionné. La ville fut divisée en trois parties par trois routes allant de l’est vers l’ouest, afin de s’assurer de l’attention constante du soleil. Au sommet vivait la noblesse, au milieu le clergé, et au fond les marchants et les artisans.

La matière principalement utilisée pour la construction était du calcaire local, très compact, une substance qui semble absorber les rayons du soleil et les transforme dans un doux éclat couleur de miel. L’effet au coucher du soleil est absolument fascinant.

Lire la suite